Refus du Conseil d’Etat d’interdire le spectacle « Exhibit B »

Ordonnance du Conseil d’Etat du 9 décembre 2014

Une exposition d’un artiste sud-africain présentant une série de « tableaux vivants », intitulé « Exhibit B », critiquait l’apartheid.
La Ville de Paris a refusé d’accéder aux demandes de deux associations qui ont réclamé l’interdiction de ladite exposition. Ces associations ont donc saisi le Tribunal Administratif de Paris, d’un référé-liberté, procédure qui permet au juge administratif de mettre fin, en cas d’urgence, à une atteinte grave et manifestement illégale d’une liberté fondamentale. Suite au rejet de cette demande par le Tribunal, les associations se sont pourvues devant le Conseil d’Etat qui a rendu son ordonnance le 9 décembre 2014 : considérant que le spectacle litigieux tend à dénoncer les pratiques et traitements inhumains ayant eu lieu pendant la période coloniale en Afrique du Sud, au moment de l’apartheid, il en déduit que l’absence d’interdiction de cette manifestation ne porte aucune atteinte grave et manifestement illégale à la dignité de la personne humaine. La requête des associations est donc également rejetée par le Conseil d’Etat.